{ Undevelopped } ohGr

ohGr - Undevelopped
ohGr - Undevelopped
La musique industrielle "popisée" ?

UnDeveloped est la toute dernière production d’ohGr, groupe reposant principalement sur Kevin Ogilvie de Skinny Puppy ainsi que sur Mark Walk. Une fois l’album entre les mains, une question vient tarauder l’esprit de l’auditeur : “Ce disque ne va-t-il pas sonner comme du Skinny Puppy ?”. En effet, que peut nous servir de plus l'un des pionniers de la musique industrielle ? 

Le disque s'ouvre sur deux courts morceaux instrumentaux tentant de ponctuer deux autres titres plus cadencés et plus agressifs, qui ne sont pas sans rappeler les jeunes productions de Skinny Puppy. 101 évoque les gros beats et les synthétiseurs de Bites tandis que crash évoque davantage The Greater Wrong of the Right pour ses assauts de guitare aux notes hachées émanant des baffles. Toutefois, ces titres ne bénéficient pas des structures et des expériences sonores ultra complexes des musiques du groupe mythique. Les structures sont en effet plus cadrées, plus classiques, voire... pop ?

L’arrivée de comedown change brusquement la donne. L’atmosphère se refroidit, s’assombrit et se ralentit. Les claviers et les samples s’imposent enfin pour nous offrir une mélodie lancinante et torturée. Typer prend le relais pour nous plonger dans une atmosphère bruitiste assez convenue, défaut partagé avec la majorité des pistes instrumentales de l’album.

Vient alors le quatuor démentiel composé de screwMe, bellew, hollow et traGek, venant tout de suite donner corps au disque. À l’instar de comedown, les sonorités synthétiques se montrent atypiques et se couplent parfaitement à la voix si singulière de Kevin Ogilvie. Hollow révèle, sur la fin du morceau, une certaine vulnérabilité du personnage dans la voix et met ainsi en valeur le caractère presque à fleur de peau de l’album. De quoi être surpris tant la peine et la douleur ont souvent été exprimées de façon chaotique et brutale dans les jeunes productions de Skinny Puppy. ScrewMe et bellew bénéficient d’une ligne de synthétiseur entêtante et pourtant funeste, qui prend l’auditeur à contre-pied : jamais la décadence n’a été aussi envoûtante, séduisante et accessible. Enfin, traGek pénètre nos tympans avec des chœurs tout à fait inattendus cinglant le corps entier de frissons.

Nitwitz se permet de faire vibrer nos hauts-parleurs grâce à sa guitare acide et accrocheuse, pour finalement clôturer avec Collidoskope. Les éléments rythmiques tranchent dans le vif, les aigus perçants semblent s’aiguiser mesure après mesure, et le titre s’achève finalement sur une réplique bouclée en fondu.

Ce nouveau disque ne sonne pas comme du Skinny Puppy, et c’est là l'une de ses principales forces. Il s’agit d’un album musicalement engagé et curieusement assez pop. Il est facile de se laisser happer par un air, un accord de clavier bien placé ou par des chœurs électrifiant. Résultat : UnDeveloped regorge de contradictions donnant jour à une atmosphère originale suavement mise en valeur par la pochette.

À ÉCOUTER :
- 101
- Comedown
- Bellew

NOTE : 8/10